6. Equilibrium

VI. BALANCING ECONOMICS

VI. ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

This section discusses some foreseeable issues that hecastarchic economics will face or may raise, some fixing recipes and the possible outcome of this experiment.

(1)Community’s Budget Account

The community may procure the Ours to finance its collective projects and the loans it grants

  • with the part of the Environmental Tax that was not distributed as Envour to the individuals;
  • or with the Ours on Collour Accounts that were not spent within the mandatory deadline;
  • or by raising other kinds of taxation from Privour Accounts.

The community may also decide to increase the money stock by issuing and spending in a given period of time more Ours, called Extrours, than the number of Labours elapsed in the same period of time. In order to minimize the risk of inflation, issued Extrours may be credited to individual computers called Owatars. Since Owatars have no personal needs, their Privour and Collour Accounts may be one and the same and may freely fund specific categories of individual or collective for-profit or non-profit projects. The community sets Owatars’ personal needs or preferences in order to boost the consumption or favor the funding of specific for-profit and non-profit projects. Finally, all Owatars must lead activities that add up to human activities and sell services to other individuals and Owatars.

(2)Voluntary Obstacles to Economic Growth

(a)Collour Share

The Collour Share levied on profits but left to the individuals is an incentive for each to perform or finance activities without a personal profit rather than leaving it all to the only community. However, it may reversely be criticized as squandering Ours to finance projects that should be the community’s exclusive missions that individuals are not able to identify, prioritize and organize efficiently.

(b)Ratour

The accumulative number of Ours that an individual may receive is limited to a multiple of the total number of daily working hours elapsed in his life hitherto, called the Ratour.

(i)Environmental Objective

The Ratour is a voluntary obstacle to limit the overall growth of goods and services, and thus economic growth and the daily exploitation of the corresponding natural resources. If the community inflates the volume of Ours beyond this ratio by issuing Extrours, it may trigger

  • either an increase in activity, thus an increase in the daily exploitation of natural resources,
  • or a depreciation of the Our, and therefore of inflation.
(ii)Social Objective

The Ratour is a voluntary obstacle to limit the growth of exclusive individual wealth, and thus material inequality among all. Individuals will react differently to this obstacle:

  • Those who do not wish to be active for the community will not participate in any non-profit activity and will limit their for-profit activity to the Ratour at most.
  • Others will not enjoy collective activities but may be willing to continue their for-profit activity a little beyond the Ratour to collect Ours and fund non-profit projects.
  • Still others, on the other hand, will limit their for-profit work to the Ratour at most, in order to devote as much time as possible to non-profit initiatives.

(3)Agents’ Possible Behavior

We will now discuss below how different kinds of individuals may behave during the experiment.

(a)Loners, Volunteers and Gurus

A first category of individuals will be satisfied with just spending the Ours received as Environmental Tax proceeds.

(i)Loners

They will engage in personal activities only that do not generate any goods or services for others.

(ii)Volunteers

They will engage in non-profit activities to generate goods and services that benefit the community.

We-possibly wrongly-expect that few Loners and Volunteers will take part to for-profit activities.

(iii)Gurus

They may still work and make as much profit and earn as many Ours as possible to lead nonprofit projects and shape the community according to their ideal or de facto lead it according to their ambition. They may subject their large-scale non-profit projects to beneficiaries’ submitting to ideological conditions and may pose a real threat to democracy in the community.

(b)Quitters, Optimizers ans Tycoons

A second category of individuals will be dissatisfied with the only Ours received as Environmental Tax proceeds.

(i)Quitters

They will not run any for-profit activity either because they will consider that the amount of Ours that they are allowed to keep for themselves is not worth the effort.

(ii)Optimizers

They will run the only level of for-profit activity that yields the amount of Ours that they may keep for themselves.

Many Optimizers become Volunteers once they get wealthy so we suspect that many Optimizers are truly Volunteers who would prefer dedicate themselves to nonprofit projects but eventually opt for for-profit activities to save for their own family whom they believe the community will not provide the right standard of living if in need. So we believe that few of them will take part to nonprofit projects until they secure their relatives with decent a patrimony.

(iii)Tycoons

They may still toil to make as much profit and earn as many Ours as possible to fund nonprofit projects and lobby for allowing evermore Ours to be credited on Ownour Accounts. They may subject their large-scale nonprofit projects to beneficiaries making political decisions that may change the system but may not necessarily threaten democracy in the community.

(4)Possible Outcomes According to Bevavior Mix

Depending on the proportion of the categories above in the community, the outcome of the experiment may dramatically vary. We will try to discuss below the only scenarios where one category clearly holds the absolute majority. The outcomes resulting from other mixes are unpredictable.

(a)Fails

(i)Gurus or Tycoons

A community with a majority of Gurus or Tycoons will dissolve by itself before the experiment is started.

(ii)Loners or Quitters

With a majority of Loners or Quitters-or both, business and collective activities are doomed. Shortage of essential goods and services is for sure. The community should not try the experiment in the first place.

(b)Opportunities

(i)Volunteers

If Volunteers are the majority, the experiment may look sustainable if the nonprofit projects eventually provide all goods and services of decent quality needed by the community that are rather supplied by for-profit activities. The ex-Eastern regimes have proved this very unlikely so far, although they were no democracies so that Volunteers could not lead non-profit projects even if they had been the majority of the population. A minority of Gurus is expected to try and eventually take over the experiment from the Volunteers.

(ii)Optimizers

With Optimizers ruling, the community will steadily increase the Ratour to motivate them to do more business and levy enough taxes to fund all needed non-profit projects. The experiment will eventually result in regular capitalism, all the faster if a minority of Tycoons is active.

(5)Last Words

Depending on the mix of individuals’ profiles, the Ratour would therefore not necessarily kill any personal initiative, whether for-profit or not-for-profit, and would not necessarily condemn the experimentation, provided that the community observes the following principles:

(a)Concerning personal non-profit initiative

In principle, the Ours of Environmental Tax proceeds distributed as a Universal Minimum Income, called Envour, should provide for the basic needs of a household. But if the Our depreciates, personal profit-making work will again become a priority, and Collour Accounts and free time for non-profit activities will fade away. The community must therefore:

  • on the one hand, eliminate scattered, probabilistic, short-term speculative operations that destabilize the market value of essential goods;
  • and, on the other hand, resolve the inevitable economic crises by financing a collective and planned structural adjustment that is profitable in the medium term.

(b)Concerning personal for-profit initiative

A profit-making activity requires the financing of investment and other incompressible fixed costs. Therefore, its turnover in Ours must be sufficient to finance the fixed costs, the variable costs and generate a reasonable net income according to a sustainable cash-flow plan. Our global civilization is based on the continuous improvement of technology and well-being. Some costs, such as research and development costs, are therefore growing continuously. By contrast, the money stock will be indexed on the number of working hours, loans for an interest will be discouraged, and no money stock will be created by banks. The alternative will be therefore as follows:

  • or the community renounces all technological and human improvements for profit and commits suicide;
  • or it reestablishes banks that do not create money or promotes loans for an interest;
  • or it takes over the financing of initiatives of for-personal profit activities in order to meet their debt, control its volume and possibly direct it.

Needless to say, if the experiment goes for the worse, Ours will depreciate, individuals will start bartering or using shadow currencies and will keep all the proceeds from their for-profit activities for themselves. The funding of non-profit projects may dry out and the community will soon resort to crackdown and taxes in kind to survive.

Even if the experiment goes better, the standard of living that it will secure-and which is still unknown-may not satisfy enough a majority of individuals in the long run.

In any case, if the experiment fails, it will of course be considered as yet another piece of evidence that the current shape of capitalism is it.

Ce chapitre aborde des difficultés prévisibles auxquelles l’économie hécastarchique sera confrontée ou qu’elle peut soulever, certaines recettes pour les résoudre et les résultats possibles de cette expérimentation.

(1)Le Compte budgétaire de la collectivité

La collectivité peut se procurer des Heurs pour financer ses projets collectifs et les prêts qu’elle accorde :

  • avec la partie de la Taxe environnementale qui n’a pas été distribuée aux particuliers ;
  • ou avec les Heurs sur des Comptes colleur qui n’ont pas été dépensés dans le délai obligatoire ;
  • ou encore en prélevant d’autres types d’impôts sur les Comptes priveur.

La collectivité peut également décider d’augmenter la masse monétaire en émettant et en dépensant dans une période donnée plus d’Heurs, appelés Pluseurs, que le nombre de Labeurs écoulés dans la même période. Afin de limiter le risque d’inflation, les Heurs émis peuvent être crédités à des ordinateurs individuels appelés Alteurs. Étant donné que les Alteurs n’ont pas de besoins personnels, leurs Comptes priveur et leurs Comptes colleur peuvent être identiques et financer librement des catégories cibles de projets individuels ou collectifs à but lucratif ou non. La collectivité fixe les besoins ou préférences personnelles des Alteurs afin de stimuler la consommation ou de favoriser le financement de projets spécifiques à but lucratif ou non lucratif. Enfin, tous les Alteurs doivent mener des activités qui s’agrègent aux activités humaines, et vendre des services à d’autres individus et Alteurs.

(2)Les obstacles volontaires à la croissance économique

(a)La Quotité colleur

La Quotité colleur prélevée sur les bénéfices mais laissée aux individus est une incitation à réaliser ou financer certaines activités sans profit personnel plutôt que de les laisser à la seule collectivité. Cependant, elle pourra être critiquée comme dilapidant des Heurs et finançant des projets qui devraient être l’apanage exclusif de la collectivité et que les individus seuls ne sont pas capables d’identifier, de hiérarchiser et d’organiser efficacement.

(b)Le Quoteur

Le nombre cumulé d’Heurs qu’un individu peut recevoir est en principe limité à un multiple du nombre d’heures de travail quotidien écoulées dans sa vie jusque-là, appelé le Quoteur.

(i)Objectif environnemental

Le Quoteur est un obstacle volontaire afin de limiter la croissance globale des biens et services, et donc la croissance économique et l’exploitation quotidienne des ressources naturelles correspondantes. Si la collectivité gonfle le volume des Heurs au-delà de ce ratio en émettant des Pluseurs, elle peut déclencher :

  • soit une augmentation de l’activité, donc une augmentation de l’exploitation quotidienne des ressources naturelles,
  • soit une dépréciation de l’Heur, et donc de l’inflation.
(ii)Objectif social

Le Quoteur est également un obstacle volontaire pour limiter la croissance de la richesse individuelle exclusive, et donc l’inégalité matérielle entre tous.

Les individus réagiront différemment face à cet obstacle :

  • Ceux qui ne souhaitent pas être actifs pour la collectivité ne participeront à aucune activité sans profit personnel et limiteront leur activité à but lucratif au Quoteur tout au plus.
  • D’autres n’auront pas d’activités collectives mais seront peut-être prêts à poursuivre leur activité à but lucratif un peu au-delà du Quoteur pour collecter des Heurs et financer des projets sans profit personnel.
  • D’autres, en revanche, limiteront leur activité à but lucratif au Quoteur tout au plus, afin de consacrer le plus de temps possible à des initiatives sans profit personnel.

(3)Comportements possibles des agents

Nous allons maintenant examiner ci-dessous comment différents types d’individus peuvent se comporter pendant l’expérimentation.

(a)Solitaires, Volontaires et Gourous

Une première catégorie de personnes se contentera de dépenser l’Enveur, c’est-à-dire les sommes reçues au titre de la Taxe environnementale.

(i)Les Solitaires

Ils n’exerceront que des activités personnelles qui ne génèrent aucun bien ou service pour les autres.

(ii)Les Bénévoles

Ils s’engageront dans des activités à but non lucratif pour générer des biens et des services qui bénéficient à la collectivité.

On s’attend, peut-être à tort, à ce que peu de Solitaires et de Bénévoles participent à des activités à but lucratif.

(iii)Les Gourous

Ils pourraient travailler et faire autant de profits et gagner autant d’Heurs que possible pour mener des projets à but non lucratif et façonner la collectivité selon leur idéal ou la diriger de facto selon leur ambition. Ils peuvent conditionner leurs projets à but non lucratif de grande envergure à la soumission des bénéficiaires à des conditions idéologiques et peuvent constituer une réelle menace pour la démocratie dans la collectivité.

(b)Démissionnaires, Optimiseurs et Magnats

Une deuxième catégorie de personnes sera mécontente de la seule taxe environnementale qu’ils recevront.

(i)Les Démissionnaires

Ils ne mèneront aucune activité à but lucratif car ils considéreront que le montant des Heurs qu’ils sont autorisés à garder pour eux-mêmes n’en vaut pas la peine.

(ii)Les Optimiseurs

Ils exerceront le seul niveau d’activité à but lucratif qui rapporte la quantité d’Heurs qu’ils peuvent garder pour eux-mêmes.

De nombreux Optimiseurs deviennent des Bénévoles une fois qu’ils s’enrichissent. Nous pensons donc que beaucoup d’Optimiseurs sont en réalité des Bénévoles qui préféreraient se consacrer à des projets à but non lucratif mais qui finissent par opter pour des activités à but lucratif afin de mettre de côté pour leur propre famille qui, selon eux, n’obtiendra pas de la collectivité un niveau de vie satisfaisant si jamais elle se trouvait dans le besoin. Nous pensons donc que peu d’entre eux participeront à des projets à but non lucratif tant qu’ils n’auront pas assuré à leurs proches un patrimoine décent.

(iii)Les Magnats

Ils pourraient s’efforcer de faire le plus de profits et gagner le plus d’Heurs possible pour financer des projets à but non lucratif et faire pression pour qu’un nombre d’Heurs toujours croissant puisse être crédité sur le Compte honeur. Ils peuvent conditionner leurs projets à but non lucratif de grande envergure à ce que leurs bénéficiaires prennent des décisions politiques susceptibles de changer le système, mais pas nécessairement de menacer la démocratie dans la collectivité.

(4)Résultats possibles selon le mix comportemental

En fonction de la proportion des catégories d’individus dans la collectivité, le résultat de l’expérimentation peut varier considérablement. Nous allons essayer d’examiner ci-dessous les seuls scénarios où une catégorie détient clairement la majorité absolue. Les résultats induits d’autres combinaisons sont imprévisibles.

(a) Échecs

(i)Gourous en Magnats

Une collectivité avec une majorité de Gourous ou de Magnats se dissoudra d’elle-même avant que l’expérimentation ne soit lancée.

(ii)Solitaires et Démissionnaires

Avec une majorité de Solitaires ou de Démissionnaires, ou des deux, les activités commerciales et collectives sont condamnées. La pénurie de biens et de services essentiels est certaine. La collectivité ne doit pas tenter l’expérimentation en premier lieu.

(b)Opportunités

(i)Bénévoles

Si les Bénévoles sont majoritaires, l’expérimentation peut sembler durable à condition que les projets à but non lucratif finissent par fournir tous les biens et services de qualité décente dont la collectivité a besoin et qui sont plutôt fournis par des activités à but lucratif. Les anciens régimes de l’Est ont prouvé que cela était très peu probable jusqu’à présent, bien qu’ils n’aient pas été des démocraties, de sorte que les Volontaires ne pouvaient pas y diriger des projets à but non lucratif même s’ils avaient constitué la majorité de la population. Une minorité de Gourous devrait essayer de déborder les Volontaires et accaparer cette expérimentation.

(ii)Optimiseurs

Avec le règne des Optimiseurs, la collectivité devrait augmenter constamment le Quoteur pour les motiver à faire plus d’affaires et prélever suffisamment d’impôts pour financer tous les projets utiles à but non lucratif. L’expérimentation débouchera finalement sur un capitalisme standard, d’autant plus rapidement qu’une minorité de Magnats sera active.

(5)Recommandations finales

En fonction de la combinaison des profils des individus, le Quoteur ne tuerait donc pas nécessairement toute initiative personnelle, qu’elle soit à but lucratif ou non, et ne condamnerait pas nécessairement l’expérimentation, à condition que la collectivité observe les principes suivants :

(a)Concernant l’initiative personnelle à but non lucratif

En principe l’Enveur, c’est-à-dire le produit de la Taxe environnementale distribué en tant que revenu minimum universel, devrait permettre de subvenir aux besoins fondamentaux d’un ménage. Mais si l’Heur se déprécie, le travail personnel à but lucratif redeviendra la priorité, et les Comptes de colleur et le temps libre pour les activités à but non lucratif s’évanouiront. La collectivité doit donc :

  • d’une part, éliminer les opérations spéculatives éparses, probabilistes et à court terme qui déstabilisent la valeur marchande des biens essentiels ;
  • et, d’autre part, résoudre les inévitables crises économiques en finançant un ajustement structurel collectif et planifié qui soit rentable à moyen terme.

(b)Concernant l’initiative personnelle à but lucratif

Une activité à but lucratif nécessite le financement d’un investissement et d’autres coûts fixes incompressibles. Par conséquent, son chiffre d’affaires en Heurs doit être suffisant pour financer ces coûts fixes, les coûts variables et générer un revenu net raisonnable selon un plan de trésorerie durable. Notre civilisation mondiale est basée sur l’amélioration continue de la technologie et du bien-être. Certains coûts, tels que les coûts de recherche et de développement, croissent donc constamment. En regard, la masse monétaire sera indexée sur le nombre d’heures de travail, les prêts à intérêt découragés et aucune masse monétaire ne sera créée par des banques. L’alternative sera donc la suivante :

  • soit la collectivité renonce à toute amélioration technologique et humaine pour le profit et se suicide ;
  • soit elle rétablit les banques qui ne créent pas de monnaie – les établissements financiers – ou favorise les prêts à intérêt ;
  • soit elle reprend le financement des activités d’initiative personnelle à but lucratif à son compte afin de faire face à leur dette, d’en contrôler le volume et éventuellement de l’orienter.

Il va sans dire que si l’expérimentation se passe mal, l’Heur se dépréciera, les individus commenceront à faire du troc ou à utiliser des devises au noir, et garderont par devers eux tous les bénéfices de leurs activités à but lucratif. Le financement des projets à but non lucratif pourrait se tarir et la collectivité avoir bientôt recours à la répression et aux prélèvements en nature pour survivre.

Même si l’expérimentation se déroule mieux, le niveau de vie qu’elle assurera – et qui est encore inconnu – pourrait ne pas suffisamment satisfaire une majorité d’individus à long terme.

En tout état de cause, si l’expérimentation échoue elle sera bien sûr considérée comme une preuve supplémentaire que la forme actuelle de capitalisme est bien la Solution.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s